Creully sur Seulles - Le notaire de Creully évoque la libération du village le 6 juin 1944.

Il y a plus de 40 ans, les éditions Corlet publiaient l'ouvrage de Jacques Henry : " La Normandie en flammes".
Parmi les chapitres, la délivrance de Creully est évoquée par Me Maurice Fortier, notaire de la localité. En voici des extraits.
« A l’aube de cette journée mémorable du 6 juin, écrit M. Fortier, vers 3 h 30, comme tous les riverains de la côte normande, entre Saint-Vaast et Ouistreham, les habitants de Creully et des communes environnantes, villages proches des plages désormais célèbres, furent réveillés par le déluge infernal du « Débarquement allié », depuis si longtemps attendu, mais que nulle imagination n’avait pu prévoir ce qu’il fut en réalité.

« Le Jour "J” était enfin arrivé.

« Ce grandiose événement est resté si profondément gravé dans la mémoire de tous ceux qui en furent les témoins qu’il leur est aisé de revivre par la pensée ces jours et ces nuits remplis du tonnerre des bombardements, de tremblements de terre, de ruines et de cauchemars.

« Avec le recul du temps, nous nous demandons encore comment Creully, carrefour de routes vers la grande voie Cherbourg-Bayeux-Caen, vers Tilly-sur-Seulles, Caumont, Villers-Bocage, etc., où la bataille fit bientôt rage, n’a pas été complètement détruit dès les premières heures des opéra­tions.

« Dès 7 heures, les troupes allemandes cantonnées dans le village étaient en état d’alerte. Le bruit de leurs bottes et des commandements gutturaux se faisaient fortement entendre dans les rues. Leur excitation était à son comble.
 « Par bonheur, ces troupes ne disposaient que d'une seule batterie d’artillerie, dont une pièce fut tout d’abord mise en position de combat au pied du monument aux Morts, prenant en enfilade la rue d'Arromanches, mais elle ne tira pas et fut bientôt tractée à la sortie du bourg, route de Saint-Gabriel à Bayeux.


« Trois autres canons furent mis en batterie au hameau de Fresnay-Saint-Gabriel, route de Saint-Léger, dans la plaine. Juchés dans les arbres, les Allemands observaient la progres­sion des troupes alliées et ne devaient pas tarder à ne plus se faire illusion sur l’importance de cet “exercice de débarque­ment” et sur le sort qui les attendait.

« Les manœuvres des troupes allemandes, d'ailleurs rela­tivement peu nombreuses, paraissaient bien indiquer qu’elles n’avaient pas l’intention de se battre dans le bourg.

« La population s’attendait avec anxiété à un bombarde­ment par l'aviation ou l’artillerie. Elle restait prudemment dans les abris et souhaitait ardemment l’arrivée des Alliés.

« Vers 15 heures, les premiers soldats canadiens de la 3e division, en l’occurrence ceux du Winnipeg Rifles, firent leur apparition, précédés de tanks, rue de Tierceville, venant de Courseulles par Banville, Sainte-Croix, Colombiers-sur- Seulles.

« L’un de ces tanks envoya des obus dans le clocher contre des observateurs, qui ne s’y trouvaient pas, et y causa quelques dommages sans gravité.

« A peu près dans le même temps, des éléments blindés de la 2e armée britannique (50e division), débarqués entre Asnelles (Le Hamel) et Ver-sur-Mer (La Rivière), vers 7 h 30, descendaient de la plaine de Meuvaines, Crépon, dans la vallée de Creullet (hameau de Creully), suivis de longues colonnes de soldats aux casques recouverts de branchages, marchant à la file indienne.

« Quelques tirs arrosèrent la vallée et les abords de Creully, provoquant des dégâts aux toitures de plusieurs immeubles. Malheureusement, un éclat d’obus blessa mortel­lement une dame âgée qui était sortie de son abri, rue de l’École. Ce fut la seule victime civile de la commune.

« La jonction entre les troupes anglaises — 30e corps d’armée — et canadiennes s’opéra à Creully même, et dans les environs immédiats du bourg, entre 17 et 18 heures. »

Dans La campagne de la victoire, le colonel Stacey précise qu’à 5 heures du soir « le bataillon du Winnipeg Rifles s’était consolidé dans le village de Creully et ses abords L’auteur ajoute :

« Une troupe de chars de l’Escadron « G » du 1er hussars, commandée par le lieutenant W.F. Mac Cormick, troupe qui appuyait le Royal Winnipeg Rifles, aida celui-ci à traverser Creully et continua tout simplement sa route, franchissant Camilly et poussant jusqu’à la limite nord de Secqueville-en- Bessin. En route, elle démolit un char de reconnaissance et infligea des pertes à des groupes de fantassins et M. Mac Cor­mick fut cérémonieusement salué par un soldat qui, de toute évidence, ne s’attendait pas à rencontrer l’ennemi si loin à l’intérieur. Que ces chars de combat aient pu faire une telle incursion et en revenir démontre combien la résistance était faible cet après-midi-là sur le front de la 7e brigade.

« La jonction des forces canadiennes et anglaises à Creully procurait à la tête de pont des zones Juno et Gold un front d'une vingtaine de kilomètres. »

« A 17 h 30, poursuit M. Fortier, Creully était définitive­ment libéré. Trente soldats allemands et polonais, non com­battants, qui se trouvaient encore au château furent alors faits prisonniers sans résistance.

« D’après les déclarations d’un officier anglais, si les Alle­mands avaient résisté dans Creully, le bombardement allié se serait produit à 18 heures... Nous l’avons frôlé de près !

« Dans le courant de l’après-midi de ce même jour, un engagement eut lieu entre la batterie d’artillerie allemande de Fresnay et des tanks canadiens, dont deux furent endom­magés. Il fallut déplorer la mort de trois soldats qui ont été inhumés au cimetière de Creully, puis transférés, plus tard, dans le cimetière militaire de Bény-Reviers.

« Ce même après-midi, un tank allemand (Tigre), qui patrouillait dans le vallon vers Villiers-le-Sec, fut détruit par des chars d’assaut anglais venant de débarquer.

« Ce fut tout pour le même jour.

« Commença dès lors, venant de divers points de la côte et bientôt d’Arromanches, l’interminable et extraordinaire défilé des troupes et du matériel (tanks, véhicules automo­biles de toutes sortes, etc.) stabilisé à quelques kilomètres au sud et à l’est de Creully, en l’attente des batailles de Caen et de Falaise.

« Jusqu’au 19 juillet, date de la libération définitive de Caen, Creully fut à l'écoute des bruits monstrueux de la guerre, bombardement par les avions et l’artillerie, tirs des bateaux de guerre, parmi lesquels, comme nous l'apprenions avec fierté, ceux des unités de la marine française, le Courbet, le Georges-Leygues et le Montcalm, dont les obus allaient labourer les arrières de l’ennemi jusque dans le sec­teur de Tilly-sur-Seulles. Combats de chars d’assaut des sec­teurs de Tilly, Caumont, Villers-Bocage, Caen, etc.



Creully sur Seulles - Souvenirs de l'hôpital belge de Villiers le Sec

L'hôpital de Villiers-le-Sec

Les soldats belges prirent possession des séminaires de Villiers-le-Sec et de Sommervieu le 11 octobre 1914. Ils y restèrent jusque dans le courant de 1916. 

Occasion de vous présenter quelques souvenirs de nos amis belges.

Annonces parues da la rtevue "La vie parisienne" du 26 janvier 1918.

Des soldats belges en convalescence. 


Des courriers de cette époque.


Creully sur Seulles - Juin 1944, les libérateurs détruisent le barrage construit par les Allemands




Pendant la dernière guerre de 39-45, les allemands avaient construit un barrage en béton au niveau du pont de la Seulles entre Creully et Creullet pour inonder la vallée.
Lors de la libération, en juin 1944, les militaires britanniques de la 50e division (Northumbrian) de la Field Company Royal Engineers détruisirent cet ouvrage.
Un film archivé à l'Impérial War Museums (IWM) retrace ce fait.

Nous y voyons  un soldat anglais utilisait une perceuse pneumatique pour casser le barrage.

A proximité, une équipe d'ingénieurs termine la démolition du mur de béton construit et utilise les gravats pour réparer un tronçon de la route adjacente. La caméra enregistre le débit d'eau à travers la brèche faite dans le barrage et les flaques d'eau stagnante situées dans le cours inférieur de la rivière Seulles. En amont, les eaux de crue retombent sur des pommiers à moitié submergés; à l'arrière-plan, on voit le village de Creully.
Vous pouvez visionner ce film copiant ce lien  :  https://film.iwmcollections.org.uk/record/466
Ci-dessous, photos extraites du film:


Le film (un clic ci-dessous) :

Creully sur Seulles - On voyait le château en étant sur la place de Creully

Replongeons-nous dans le passé, il y a 200 ans, si nous étions sur la place de Creully nous pouvions apercevoir à travers la futaie qui bordait le fossé, le château.

Simulation faite à partie d'une photo aérienne - Des arbres étaient présents sur le place.
En effet, après la catastrophe de novembre 1840, Monsieur de Marguerye, propriétaire du château de la localité, offrit une partie du parc limitrophe à la place du marché pour que furent construites sept habitations. Il demanda que les maisons soient édifiées sur un plan uniforme et que celle du milieu comporte un fronton triangulaire. Plus de 80 maisons furent détruites dans le bourg.
Les arbres sur la place - A droite la halle de la boucherie (1910).
Le plus ancien plan de Creully (1770) en est la preuve.


Voir un autre article sur ces sept maisons : Creully (Creully sur Seulles) - Les sept maisons construites sur le terrain du château

Voir un autre article sur la catastrophe de 1840 : Creully sur Seulles - Le bourg de Creully en feu...

Creully sur Seulles - Gabriel James (Georges Jouvain)

Donnant sur la rue de Bayeux à Creully, une allée porte le nom de "Gabriel James"


Gabriel James est né à creully le 29/04/1921
Il est décédé le 06/06/1944 à Caen
Né le 29 avril 1921 à Creully (Calvados), exécuté sommairement le 6 juin 1944 à Caen (Calvados) ; réfractaire au STO ; résistant OCM réseau du Dr Derrien. Gabriel James était le fils de Constant Augustin Victor Émile, ouvrier d’usine et de Marie Claire Louise Le Hérissier, sans profession. Il obtint le titre de Pupille de la Nation par jugement du Tribunal de Caen le 25 avril 1932. Il était célibataire. Réfractaire au S.T.O. et passé dans la clandestinité, il devint membre du réseau du Dr Paul Derrien, chef local de l’O.C.M. Il se cachait à la ferme Hamon, à Ouilly-le-Tesson et fut arrêté par la Gestapo le 2 juin 1944 sous son nom d’emprunt, Georges Jouvain. Il fut incarcéré à la maison d’arrêt de Caen. - Figure aussi sur les listes de fusillés sous l’identité de Guy Jouvain sous laquelle il a été incarcéré - Le jour du débarquement en Normandie le 6 juin 1944 et suite au bombardement de la gare de Caen, le chef du SD de Caen, Harald Heynz décida d’éliminer la plupart des prisonniers afin qu’ils ne soient pas libérés par les troupes alliées. Gabriel James fut sorti de sa cellule et conduit ainsi que 86 autres résistants dans une courette du chemin de ronde de la prison où il fut abattu d’une rafale dans la nuque. Les corps des victimes furent inhumés provisoirement dans une cour de la prison. Dès le lendemain 7 juin, les britanniques donnaient le premier assaut à la ville. Le 30 juin devant l’imminence de la prise de la ville, les allemands exhumèrent les corps pour les faire disparaître sans laisser de traces. Ceux-ci furent transportés en camion en un autre lieu à l’ouest de la ville, probablement dans des carrières de calcaire. Selon certains témoignages, ils auraient pu être emmenés près de Rouen, dans la forêt de La Londe, à l’entrée de laquelle une stèle "À la mémoire des victimes du nazisme dans la forêt de La Londe 1940-1944" a été érigée et incinérés dans une carrière en contrebas. Les corps n’ont donc pas été retrouvés pour être identifiés. Des bûcherons ont vu à cet endroit des camions et des soldats allemands, ainsi qu’une épaisse fumée. En même temps, il y avait une odeur de corps qui brûlent. Cela dura deux jours. S’agissait-il des fusillés de Caen ? Le mystère demeure. Il figure sur les listes de fusillés sous l’identité de Georges Jouvain sous laquelle il a été incarcéré. Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur son acte de naissance le 16 mars 1962. Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés du 6 juin 1944, à Caen (Calvados) sous ses deux noms et sur les monuments aux morts de Creuilly et Ouilly-le-Tesson (Calvados). Une plaque apposée sur le mur d’entrée de la prison de Caen porte l’inscription suivante : « À la mémoire des prisonniers fusillés par les allemands le 6 juin 1944. L’oppresseur en les tuant a cru les faire mourir, il les a immortalisés »
SOURCES : Site en ligne Le forum du débarquement et de la bataille de Normandie

Dans l'ouvrage ci-dessous (présent à la bibliothèque de Creully), j'ai trouvé le texte qui suit:

1944 - Moisson près de l'aérodrome de Creully / Lantheuil.


Nous sommes en 1944, l'aérodrome B9, entre Creully et Lantheuil, est en pleine activité; cela n'empêche pas les travaux agricoles de se dérouler.
"Les troupes du 1er Corps en repos aident une fille de ferme aux vêtements colorés à stocker des gerbes de blé. Un adolescent en bonne santé exploite une moissonneuse tirée par trois chevaux et, ce faisant, traîne une longueur de fil de fer barbelé posé par les Allemands afin d'empêcher les troupes alliées de décoller et d'atterrir. La présence d'une piste d'atterrissage à proximité de laquelle les chasseurs-bombardiers de la RAF appartenant au groupe n ° 83 sont en train de s'envoler en mission détourne quelque peu cette scène par ailleurs pacifique." Attribution: © IWM

Creully sur Seulles - Le kiosque de la place de Creully

Un petit tour à Creully pour découvrir les travaux de la place et la construction du socle du futur Kiosque.


Elles sont rares les municipalités qui ont dans leurs projets l'édification d'un kiosque à musique permettant aux anciens de se souvenir de l'ancien disparu...
Merci à la municipalité de Creully sur Seulles .

En septembre 1898 le conseil municipal projette l'implantation d'arbres sur la place de Creully. Au milieu de celle-ci, sera réservé un espace pour construire un kiosque à musique. Certains conseillers voyaient plutôt l'édification d'une tribune. En juillet 1952 une demande de démolition du kiosque est faite car il enlaidissait la place publique. Une raison bien bizarre n'est-ce-pas.
Socle de l'ancien kiosque avant de disparaître (R.Lemars)


En 1957, sur l'emplacement de l'ancien kiosque à musique, sera installé un parterre de fleurs.
Début 1957, seul le socle est encore visible.

Juin 1944, Creully est libéré.

Le kiosque côté église. En arrière, la place.

Jour de fête-Dieu (R.Lemars)

Sous la neige. (R.Lemars)

Creully sur Seulles - La fanfare de Creully

 Depuis septembre 2023, Le Cana, compagnie qui fait découvrir différents types de musiques, est installé dans les anciennes écuries du château de Creully-sur-Seulles (Calvados).
120 ans plus tard, la musique revient dans la localité.
1900 - L'Alliance rue de Caen à l'entrée de Creully 
Document de la collection de René Lemars

Les récompences...


Seule l'Alliance (fanfare), dirigée par Marie Alix, comptant 20 exécutants, est répertoriée comme société musicale de Creully en 1909.


La photo a été prise devant cette maison en face de la gendarmerie.



Saint-Gabriel-Brécy (Creully sur Seulles) - Le mariage du fils aîné de COLBERT.

Colbert, le ministre de Louis XIV, se rendit adjudicataire du château de Creully et de ses dépendances suivant un acte d'adjudication devant le bailliage de Caen du 14 octobre 1682, onze mois avant sa mort. 
Ce ministre, à qui la postérité a décerné le nom de "Grand", et dont les travaux eurent pour but le vaste développement du commerce, de l'industrie et de la richesse mobilière, venait-il parfois se délasser des soucis du pouvoir en visitant son domaine de Creully ? 

Chapelle du prieuré de St-Gabriel.

Mais une autre question est posée
est-il venu non loin du bourg de Creully, à Saint-Gabriel, quelques années avant d'acquérir la forteresse médiévale
normande? En effet, j'ai découvert dans l'un des registres des actes paroissiaux que son fils aîné s'est marié dans la chapelle du prieuré de Saint-Gabriel.

Dimanche 6 septembre 1679 Mademoiselle Catherine de Matignon fille du comte de Matignon a été mariée avec de Seignelay Colbert ...

Jean-Baptiste Antoine Colbert, marquis de Seignelay, de Château-neuf sur Cher et de Lonray, comte de Creully et de Darnetal, vicomte de Ligny, baron de Sceaux, Linières, la Luthumière, Cheny, Baumont, Ormoy, seigneur de Blainville, de Châtenay, de Fontenay, du Plessis-Piquet et de Châtillon, est né le 1er novembre 1651 à Paris. Secrétaire d’État de la Marine entre 1683 et 1690, il est le fils aîné du Grand (Jean-Baptiste Colbert, 1619-1683), qui en fait son successeur. Il fait ses études chez les Jésuites sous la direction du Père Bouhours en 1664. Colbert obtient pour lui de Louis XIV la survivance de ses charges (février 1669) et entreprend de le préparer lui-même à les exercer. Il lui fait faire un voyage à Rochefort en juillet 1670 pour apprendre le métier de marin avec Colbert du Terron, l'envoie en Provence en 1671 pour s'informer sur les galères et les questions commerciales avec le Levant, en Italie, en Hollande et en Angleterre, où il retourne en janvier 1672. 
Il épouse en premières noces Marie-Marguerite d’Alègre, fille de Claude-Yves marquis d'Alègre et de Marguerite-Gilberte de Roquefeuil, le 8 février 1675. Elle meurt en 1678. 
Il se remarie donc le 6 septembre 1679 avec Catherine-Thérèse de Goyon de Matignon-Thorigny (1662-1699) ; issue du duc Léonor d'Orléans-Longueville, comte de Tancarville et seigneur de Gournay). 
De cette union naissent cinq fils : 
Marie Jean-Baptiste Colbert de Seignelay (1683-1712), marquis de Seignelay, comte de Tancarville et de Gournay ; 
Paul Édouard Colbert de Seignelay (1686-1756), comte de Creully ; 
Louis Henri Charles Colbert de Seignelay (†1705), présenté dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1690 ; 
Charles Éléonor Colbert de Seignelay (1689-1747), comte de Seignelay ; 
Théodore Alexandre Colbert de Seignelay (1690-1695), comte de Ligny. 
Le 23 mars 1672, il est admis auprès du roi pour assister son père dans les affaires de la marine, suivre les affaires courantes et signer les dépêches. Nommé Grand Trésorier de l'Ordre du Saint-Esprit en 1675, il est chargé, l'année suivante, d'organiser à Marseille les approvisionnements de la flotte et de l'armée envoyées en Sicile. Il accompagne le roi en Lorraine et devant Ypres en 1678 et va signer à Munich, le 30 décembre 1679, le contrat de mariage du Dauphin avec Marie-Anne de Bavière. 
Le 6 septembre 1683, à la mort de son père, Seignelay lui succède comme secrétaire d’État de la Marine de Louis XIV. Il occupe cette fonction jusqu'à sa mort le 3 novembre 1690, à l'âge de trente-neuf ans, des suites d'un cancer généralisé. 

Catherine Thérèse de Goyon de Matignon, marquise de Lonrai, était la fille de Henri Goyon de Matignon, comte de Thorigny, et de Françoise Le Tellier de la Luthumière. Elle est née le 22 mars 1662. Veuve en 1690 du marquis de Seignelay, elle se remarie le 22 février 1696 avec Charles de Lorraine, comte de Marsan, dont elle est morte en couches le 7 décembre 1699 à Paris, et fut enterrée aux Capucines., 

Portrait de Catherine de Guyon de Matignon par Pierre Mignard en 1691 avec ses fils Jean Baptiste (gauche) et Charles Eléonor (droite).