jeudi 12 décembre 2019

Creully sur Seulles - Hameau de Creullet - Un dessin de 1944

Une découverte lors de mes visites aux Archives Départementales.

mardi 10 décembre 2019

Creully sur Seulles - Des poules sur le terrain de Saint Rémi de Fresné le Crotteur



Un projet de construction de poulaillers à Creully-sur-Seulles;  à l'emplacement de l'ancienne église Saint Rémy de Fresné le Crotteur qui fut rattaché à Saint Gabriel en 1827.
Il prévoit la construction de 2 poulaillers pour poules pondeuses avec locaux de conditionnement comprenant au total 27 000 poules et 2 500 coqs. 



samedi 7 décembre 2019

Une fête saint Clair à Creully ( Creully sur Seulles ) - Majorettes, fanfare et fête foraine

La "Saint Clair" est la fête communale de Creully. Voici un film super 8 retrouvé; malheureusement il n'y avait pas de date.
Pour l'avoir plein écran, cliquez sur les 4 flèches à droite.

jeudi 5 décembre 2019

Creully sur Seulles - 6 décembre la St Nicolas - Le Saint Nicolas de Creully

Cette statue de Saint Nicolas se trouve dans le château de Creully (non visible). Elle serait le seul élément provenant de l'ancienne Maladerie (léproserie) de Creully située au sud du village.





La légende de Saint Nicolas

Selon la légende, 3 petits enfants partis glaner aux champs se perdirent sur le chemin du retour. Ils aperçurent de la lumière sortir des fenêtres d’une maison. Ils se rapprochèrent et frappèrent à la porte. Un homme leur ouvrit la porte et leur promit l’hospitalité pour la nuit. Il s’agit en fait d’un boucher.
Sitôt entrés dans la maison, les 3 petits enfants furent tués par le boucher. Avec son grand couteau, il les découpa en petits morceaux avant de les mettre dans son saloir, pour en faire du petit salé.

Quelques temps plus tard, Saint Nicolas passa par là et frappa lui aussi à la porte du boucher. Celui-ci le laissa entrer puis l’invita à dîner. St Nicolas lui demanda du petit salé. Le boucher compris alors qu’il était démasqué, donc pris au piège, il décida de tout avouer. Saint Nicolas plaça 3 doigts au-dessus du saloir de petit salé. Et il ressuscita ainsi les 3 petits enfants

Afin de punir le boucher, St Nicolas l’enchaina à son âne. Il devint alors le Père Fouettard, un être mauvais et violent qui punit les enfants désobéissants. Il est habillé tout en noir avec une barbe noire, tout l’opposé de St Nicolas qui lui est vêtu de vêtements colorés et d’une barbe blanche qui lui donnent l’image d’une personne bienveillante.

jeudi 28 novembre 2019

lundi 25 novembre 2019

Creully (Creully sur Seulles) les fermes du hameau de Creullet.

Les fermes du hameau de Creullet (Creully) sur le cadastre de 1811.


Photo de 1957

Source: Archives départementales du 14

vendredi 22 novembre 2019

Creully sur Seulles - Le secteur de la coopérative agricole de Creully de 1947 à 1979.

Vous connaissez certainement le carrefour de la coopérative agricole de Creully (zone d'activités, route de Saint Gabriel-Brécy).
Avec 7 photos aériennes, je vous le présente de 1947 à 1979. Une façon de voir l'évolution de ce secteur de Creully.

1947

1955

1960

1966

1968

1971

1979
(Réalisé avec Géoportail).

mercredi 20 novembre 2019

Creully sur Seulles - Le notaire de Creully évoque la libération du village le 6 juin 1944.


Il y a 37ans, les éditions Corlet publiaient l'ouvrage de Jacques Henry
" La Normandie en flammes".

Parmi les chapitres, la délivrance de Creully est évoquée par Me Maurice Fortier, notaire de la localité. En voici des extraits.



« A l’aube de cette journée mémorable du 6 juin, écrit M. Fortier, vers 3 h 30, comme tous les riverains de la côte normande, entre Saint-Vaast et Ouistreham, les habitants de Creully et des communes environnantes, villages proches des plages désormais célèbres, furent réveillés par le déluge infernal du « Débarquement allié », depuis si longtemps attendu, mais que nulle imagination n’avait pu prévoir ce qu’il fut en réalité.

« Le Jour "J” était enfin arrivé.

« Ce grandiose événement est resté si profondément gravé dans la mémoire de tous ceux qui en furent les témoins qu’il leur est aisé de revivre par la pensée ces jours et ces nuits remplis du tonnerre des bombardements, de tremblements de terre, de ruines et de cauchemars.

« Avec le recul du temps, nous nous demandons encore comment Creully, carrefour de routes vers la grande voie Cherbourg-Bayeux-Caen, vers Tilly-sur-Seulles, Caumont, Villers-Bocage, etc., où la bataille fit bientôt rage, n’a pas été complètement détruit dès les premières heures des opéra­tions.

« Dès 7 heures, les troupes allemandes cantonnées dans le village étaient en état d’alerte. Le bruit de leurs bottes et des commandements gutturaux se faisaient fortement entendre dans les rues. Leur excitation était à son comble.
 « Par bonheur, ces troupes ne disposaient que d'une seule batterie d’artillerie, dont une pièce fut tout d’abord mise en position de combat au pied du monument aux Morts, prenant en enfilade la rue d'Arromanches, mais elle ne tira pas et fut bientôt tractée à la sortie du bourg, route de Saint-Gabriel à Bayeux.


« Trois autres canons furent mis en batterie au hameau de Fresnay-Saint-Gabriel, route de Saint-Léger, dans la plaine. Juchés dans les arbres, les Allemands observaient la progres­sion des troupes alliées et ne devaient pas tarder à ne plus se faire illusion sur l’importance de cet “exercice de débarque­ment” et sur le sort qui les attendait.

« Les manœuvres des troupes allemandes, d'ailleurs rela­tivement peu nombreuses, paraissaient bien indiquer qu’elles n’avaient pas l’intention de se battre dans le bourg.

« La population s’attendait avec anxiété à un bombarde­ment par l'aviation ou l’artillerie. Elle restait prudemment dans les abris et souhaitait ardemment l’arrivée des Alliés.

« Vers 15 heures, les premiers soldats canadiens de la 3e division, en l’occurrence ceux du Winnipeg Rifles, firent leur apparition, précédés de tanks, rue de Tierceville, venant de Courseulles par Banville, Sainte-Croix, Colombiers-sur- Seulles.

« L’un de ces tanks envoya des obus dans le clocher contre des observateurs, qui ne s’y trouvaient pas, et y causa quelques dommages sans gravité.

« A peu près dans le même temps, des éléments blindés de la 2e armée britannique (50e division), débarqués entre Asnelles (Le Hamel) et Ver-sur-Mer (La Rivière), vers 7 h 30, descendaient de la plaine de Meuvaines, Crépon, dans la vallée de Creullet (hameau de Creully), suivis de longues colonnes de soldats aux casques recouverts de branchages, marchant à la file indienne.

« Quelques tirs arrosèrent la vallée et les abords de Creully, provoquant des dégâts aux toitures de plusieurs immeubles. Malheureusement, un éclat d’obus blessa mortel­lement une dame âgée qui était sortie de son abri, rue de l’École. Ce fut la seule victime civile de la commune.

« La jonction entre les troupes anglaises — 30e corps d’armée — et canadiennes s’opéra à Creully même, et dans les environs immédiats du bourg, entre 17 et 18 heures. »

Dans La campagne de la victoire, le colonel Stacey précise qu’à 5 heures du soir « le bataillon du Winnipeg Rifles s’était consolidé dans le village de Creully et ses abords L’auteur ajoute :

« Une troupe de chars de l’Escadron « G » du 1er hussars, commandée par le lieutenant W.F. Mac Cormick, troupe qui appuyait le Royal Winnipeg Rifles, aida celui-ci à traverser Creully et continua tout simplement sa route, franchissant Camilly et poussant jusqu’à la limite nord de Secqueville-en- Bessin. En route, elle démolit un char de reconnaissance et infligea des pertes à des groupes de fantassins et M. Mac Cor­mick fut cérémonieusement salué par un soldat qui, de toute évidence, ne s’attendait pas à rencontrer l’ennemi si loin à l’intérieur. Que ces chars de combat aient pu faire une telle incursion et en revenir démontre combien la résistance était faible cet après-midi-là sur le front de la 7e brigade.

« La jonction des forces canadiennes et anglaises à Creully procurait à la tête de pont des zones Juno et Gold un front d'une vingtaine de kilomètres. »

« A 17 h 30, poursuit M. Fortier, Creully était définitive­ment libéré. Trente soldats allemands et polonais, non com­battants, qui se trouvaient encore au château furent alors faits prisonniers sans résistance.

« D’après les déclarations d’un officier anglais, si les Alle­mands avaient résisté dans Creully, le bombardement allié se serait produit à 18 heures... Nous l’avons frôlé de près !

« Dans le courant de l’après-midi de ce même jour, un engagement eut lieu entre la batterie d’artillerie allemande de Fresnay et des tanks canadiens, dont deux furent endom­magés. Il fallut déplorer la mort de trois soldats qui ont été inhumés au cimetière de Creully, puis transférés, plus tard, dans le cimetière militaire de Bény-Reviers.

« Ce même après-midi, un tank allemand (Tigre), qui patrouillait dans le vallon vers Villiers-le-Sec, fut détruit par des chars d’assaut anglais venant de débarquer.

« Ce fut tout pour le même jour.

« Commença dès lors, venant de divers points de la côte et bientôt d’Arromanches, l’interminable et extraordinaire défilé des troupes et du matériel (tanks, véhicules automo­biles de toutes sortes, etc.) stabilisé à quelques kilomètres au sud et à l’est de Creully, en l’attente des batailles de Caen et de Falaise.

« Jusqu’au 19 juillet, date de la libération définitive de Caen, Creully fut à l'écoute des bruits monstrueux de la guerre, bombardement par les avions et l’artillerie, tirs des bateaux de guerre, parmi lesquels, comme nous l'apprenions avec fierté, ceux des unités de la marine française, le Courbet, le Georges-Leygues et le Montcalm, dont les obus allaient labourer les arrières de l’ennemi jusque dans le sec­teur de Tilly-sur-Seulles. Combats de chars d’assaut des sec­teurs de Tilly, Caumont, Villers-Bocage, Caen, etc.


dimanche 17 novembre 2019

jeudi 14 novembre 2019

Saint Gabriel Brécy ( Creully sur Seulles ) - 1956 - Des enfants de l'école.

Cette photo daterait de 1966. Merci Marie Christine.

lundi 11 novembre 2019

Creully ( Creully sur Seulles ) - A nos morts de la grande guerre

Creully a eu, le dimanche 3 octobre 1920, son grand jour de souvenir religieux et patriotique pour ses enfants tombés glorieusement au champ d'honneur. C'était l'inauguration dans l'église d'une plaque commémorative, et sur la place de l’église, d'un monument public, consacrés à perpétuer la mémoire de ces nobles victimes de la guerre.


Inauguration du monument au Morts de Creully.

Dès le matin, à la grand-messe, rendez-vous avait été donné aux autorités locales, aux 70 soldats démobilisés, et aux familles des morts: tous avaient répondu à cette convocation.
MM. les membres du Conseil municipal et de la commission du monumentavaient tenu à honneur de se grouper dans le chœur de l’église pour assister officiellement à l'office. Aprèsla célébration de la messe du jour, M. le doyen, dans une brève mais pathétique allocution, rappelle les heures pleines d'angoisses, vécues par tous du 2 août 1914 au 11 novembre 1918, l'admirable abnégation de nos braves soldats, leur héroïs­me devant la mort, et l'espérance chrétienne qui doit conso­ler les familles en deuil.
Le chant du  « De Profundis », après le rappel des noms des 23 victimes de Creully, et le chant du « Libéra » termi­nèrent la cérémonie du matin.
L'église était déjà trop petite le matin pour contenir la foule des fidèles, désireux de témoigner leur profonde sym­pathie aux familles en deuil et d'unir leurs prières aux prières de l'Eglise pour leurs chers disparus; l'après-midi ce fut bien autre chose encore; beaucoup ne purent trouver place dans l'édifice sacré.
Réunis à la mairie, MM. les membres du Conseil muni­cipal, accompagnés de M. Engeraud, député, de M.d'Olliamson, conseiller général du canton, de MM. les membres de la commission du monument, des enfants de toutes les écoles avec un bouquet de fleurs naturelles à la main et de tous les poilus démobilisés, organisèrent ensemble un défilé à travers les rues du bourg, magnifiquement décorées de guirlandes,d'arcs de triomphe et de drapeaux, et, musique en tête se rendirent à l'église, où ils eurent grand peine à pénétrer — tant la foule était dense — pour occuper ,les places qui leur avaient été réservées.
 Après les chants liturgiques, M. le doyen procéda à la bé­nédiction de la plaque commémorative, et adressa à la foule recueillie et profondément émue une allocution toute de cir­constance.
Répondant à cette question. A qui devons-nous la vic­toire? Il sut rappeler en un langage concis et saisissant toutes les causes secondes que le Seigneur, — pour qui la France est la nation de choix, — mit en œuvre afin de nous assurer le triomphe: génie des chefs, admirable civisme des hommes d'Etat, vaillance de nos héroïques soldats, sacrifice suprême des morts, sublime exemple du clergé, union sacrée de tous, générosité dans les séparations et les brisements du cœur.
Un salut en musique pieusement chanté par les jeunes filles termina la cérémonie religieuse.
De suite le cortège reformé pour se rendre au monu­ment autour duquel tous, autorités, poilus, enfants des écoles segroupèrent pour assister à sa bénédiction donnée par M. le doyen, et entendre les orateurs.
M. le Chef d'Escadron de Druval prit le premier la parole: comme président de la commission du monument, il remit celui-ci à la municipalité en exprimant ses chaleureux remerciements à tous les généreux donateurs. Leurs abondantes offrandes ont permis de faire grand: sur un socle en granit surélevé de deux marches, se dresse fièrement un glorieux poilu criant « Victoire » et couronnant ses frères, tombés avant le triomphe final. Entouré de 4 obus reliés par de lourdes chaînes le monument est vraiment imposant.
M. le Maire,M. le Conseiller général, M. le député prirent aussi successivement la parole. Ce serait déflorer ces patriotiques discours que d'en donner ici une froide analyse, nous regrettons de ne pouvoir les reproduire entièrement: ils le mériteraient.
Entre ces divers discours vint s’intercaler la lecture d'une pièce de vers d’une forte conception et d’une belle envolée sur l’immense triomphe de nos vaillantes armées.
Après la Marseillaise et le chant du Départ joués par la musique la foule se sépara profondément émue.
Les poilus démobilisés devaient se retrouver bientôt réunis en des agapes fraternelles généreusement offertes par M. le Maire. Plus de 70 démobilisés, unis à MM. les membres du Conseil municipal y prirent part.  A la table d’honneur étaient à droite de M. le Maire, M. le doyen et M. le Comte d'Olliamson; à sa gauche, M. le Juge de paix ; toutes les autres tables étaient présidées par un conseiller municipal.
Dire que le repas commença par la récitation publique du « Bénédicité » c'est montrer assez l'esprit qui animait les invités.
Le repas tout entier d'ailleurs fut charmant de cordialité, d'entrain, de saine gaieté, les toasts de M. le Maire, de M. le Conseiller général, de M. le Juge de paix et les remerciements des poilus furent fort applaudis — non moins applaudie fut la délicate pensée qu'eurent les jeunes filles du bourg de venir offrir une gerbe de fleurs aux démobilisés ce qui leur valut une nouvelle gracieuseté de M. le Maire qui leur offrit gâteaux et champagne.
De beaux chants patriotiques terminèrent une réunion si pleine d'entente cordiale
Honneur à M. le Maire d'avoir ainsi compris ce que devait être la fête du souvenir! Nos félicitations à tous les or­ganisateurs et à tous les habitants de Creully qui ont su faire de cette journée, en même temps une journée de prières pour nos chers morts et une journée de sympathique reconnaissance  pour nos glorieux vainqueurs.

vendredi 8 novembre 2019

Creully ( Creully sur Seulles ) - L'épicerie Mesnil.



Roger Mesnil au volant du camion Unic avec Léon Carabeufs.



jeudi 31 octobre 2019

Creully sur Seulles - Le libérateur de Creully, William Fleming McCormick, est mort.

Un vétéran de la Seconde Guerre mondiale est décédé en ce mois d’octobre 2019. Le Canadien William Fleming McCormick est mort le 5 octobre 2019, à l’âge de 99 ans. 
Je me permet de rééditer l'article concernant l'inauguration de sa place à Creully (Creully sur Seulles) en 1911.
Les représentants de l'armée canadienne
Le lieutenant Mac Cormick pendant son allocution
René Lemars se rappelle de l'entrée du char canadien dans Creully
Monsieur le Maire de Creully remercie le libérateur

Une partie du public présent
Monsieur Levert, le lieutenant Mac Cormick et René Lemars
Les témoins de Creully se souviennent