vendredi 17 juillet 2020

1824 - Un des meurtriers d'Amblie (localité voisine de Creully sur Seulles ) monte à l'échafaud en dansant...


Un crime affreux a été commis le 3 janvier 1824 à Amblie, village des environs de Creully. Des assassins ont pénétré le soir dans le domicile d'une veuve presque septuagénaire, sans que les nom­breux voisins les aient entendus ; ils ont étranglé cette infortunée, se sont
emparés du fruit de ses économies. Après avoir consommé leur forfait, les brigands ont eu l'audace de trainer le cadavre au travers du village, de le porter dans une petite rivière peu éloignée, de le déposer en face d'un moulin habité ; afin de persuader que la malheureuse veuve s'était noyée par accident, ils ont placé près d’elle une cruche qui lui servait habituellement à puiser de l'eau dans cet endroit. Mais la Providence, qui ne permet pas le triomphe du crime, a bientôt déjoué les précautions dont il cherchait à se cou­vrir. M. le juge d'instruction s'est transporté à Amblie, accompagné d'un chirurgien. Les traces de la strangulation, qui n’étaient pas apparentes au moment où elle avait eu lieu, se sont manifestées de la manière la plus évidente, et l'ouverture du cadavre n’a pu laisser à cet égard l'ombre d'un doute. Deux frères signalés par la clameur publique, par une mauvaise réputation et par une foule d’indices, ont été arrêtés sur le champ et conduits en prison. Parmi les char­ges qui s’élèvent contre eux, il en est une qui confond la sagesse hu­maine et force l'homme de bonne foi à reconnaître les desseins et la sagesse de celui qui fait jaillir la lumière des ténèbres même. On avait trouvé à terre chez la veuve un bouton en métal, sans queue, qu’elle avait peut-être arraché en se débattant contre les assassins , et, dans les perquisitions qui ont été faites au domicile des individus arrêtés, on a non seulement découvert une veste dont les boutons sont du même métal, de la même forme et de la même grandeur que le premier, mais un des boutons de cette veste a été arraché , il nest resté que la queue ; et en la rapprochant du bouton trouvé, elle s’y adapte parfaitement.
Un clic sur l'article pour l'agrandir
Les deux frères Tillard, de la commune d’Amblie, condamnés à la peine de mort, par un jugement de la cour d’assises de Caen, en date du 3o mai dernier, pour avoir étranglé la veuve Bobère, ont été exécutés le 16 juillet 1824. Ces malheureux ont montré une au­dace, un endurcissement qui épouvantaient les spectateurs. Le plus jeune, âgé de dix-neuf ans, est monté à l’échafaud en dansant ; l’aîné avait vingt ans. 
La section criminelle de la cour de cassation avait refusé le pourvoi en grâce pour Pierre Jean Baptiste, le plus jeune.