mercredi 2 janvier 2019

Villiers le Sec (Creully sur Seulles) - Quand ceux de 14-18 regardent passer ceux de 44..



2018 : c'était le centenaire de la fin de la guerre de 14-18.
2019 : c'est le 75e anniversaire du débarquement de 1944.
Pour ce premier article de 2019, je vais réunir les deux faits à travers un article de Maurice Desjardins, correspondant de guerre des journaux de langue française canadiens.


VILLIERS-LE-SEC, en Norman­die, le 7 Juillet 1944
 L'infinie variété des véhicules de guerre qui débarquent sur les pla­ges normandes et passent avec fra­cas dans l'unique rue de ce petit village demeure, après un mois, une source d'émerveillement pour "les cent vieux Poilus" qui achèvent paisiblement leurs jours au "foyer des Invalides et des anciens soldats".
On les voit assis sur des bancs devant la grille de l'Immeuble et ouvrant des yeux plein d’admiration et de curiosité sur l’intermina­ble caravane motorisée se dirigeant vers les points de rassem­blement en soulevant des nuages de poussière. Ces anciens de "quatorze-dlx-huit" ont revu avec atten­drissement les Tommies et les Ca­nadiens.
Les pères de ces solides gaillards étaient peut-être leurs frères d’ar­mes dans les batailles de la Som­me, de l'Argonne et de la Marne. "Quelle solide jeunesse, quel superbe matériel !" disent-ils en culottant leurs pipes tout en songeant à leur passé.
Avec quelle émotion ces vétérans ont-ils dû assister, le six, aux scè­nes qui suivirent nos débarque­ments. Le concierge, un grand vieillard tout droit qui habite un petit "cagibi" près de la grille d’entrée a "fait" Verdun et d'autres grandes batailles mais n’a jamais assisté à un bombardement comparable à ce­lui du 6 juin dernier. C’était une débâcle de flammes et de fumée, dit-il.  "De la porte de ma bicoque j'ai assisté à tout le spectacle. C'était un roulement et une lueur ininterrompus. Je n’ai jamais vu un barrage de cette violence”. Il ajouta fièrement : "Vous savez. Je suis resté dehors tout le temps et Je n'ai pas eu peur. D'ailleurs nous, les vieux, on n’a jamais peur".
Il y a des "vieux poilus" de Pa­ris, de Reims, de Lille, du Pays Basque et du Midi. Le doyen par­mi ces vieux, un Orléanais de 70 ans, en est à sa troisième guerre.
"Il y a des choses qui frappent l'imagination d'un bambin de sept ans et qu'il n'oublie jamais, me dit- il. Je me souviens clairement des Uhlans à casques pointus faisant résonner leurs bottes sur les pavés d'Orléans."
La vue de tant de machines de guerre a rallumé la flamme belliqueuse dans plusieurs de ces vieux cœurs et au moins deux d’entre eux ont tenté inutilement des démarches auprès des autorités alliées afin de s'engager volontairement dans nos armées en se disant jeune et plein de santé. L’un à cinquante ans et l'autre cinquante-quatre ans.
"Nous en avons assez pour vi­vre dans un foyer à rien faire ; nous voulons participer aussi à la libération de notre pays."
Un vieux chauve, à la mousta­che de Clemenceau, s'approche en brandissant sa canne pour nous dé­clarer : "Vous savez, mes gars, il était grandement temps que vous arriviez. Les boches nous ren­daient la vie de plus en plus mi­sérable et ils faisaient main basse sur les deux-tiers de nos vivres. Franchement nous en étions à nous demander comment nous passe­rions l’hiver."
"Quand les boches étaient ici", continu a-t-il, "nous nous estimions chanceux d'avoir deux repas de viande par semaine mais mainte­nant que vous êtes ici nous en avons presque tous les jours."
Il y a un cantonnement de sol­dats britanniques tout près et les "vieux poilus" font très bon ménage avec les Tommies qui les traitent avec beaucoup de respect et se montrent généreux dans la distri­bution des cigarettes.
Mais parmi les "vieux poilus" il n’y a pas de plus fier que Victor Lelong, un "vrai des vrais" de la Marne qui reçut un éclat d’obus à l'épaule gauche durant le court combat qui se déroula devant le foyer le jour de l'invasion.
Il se trouve maintenant à avoir été blessé dans les deux guerres, ayant reçu une balle dans l'épaule droite en 1918. Ses camarades ne font pas erreur lorsqu'ils disent : "Ah ce Victor, il a bien gagné ces épaulettes".