mercredi 10 février 2021

Creully sur Seulles - Le garde particulier de Villiers le Sec

 Sébastien a bien voulu partager sa trouvaille: une plaque d'un garde particulier de Villiers le Sec.

Les recensements de 1931 er 1946 de Villiers le Sec nous permettent de situer dans le temps  cette plaque. 
1931

1946

Lointain héritier de la féodalité puis de l'ordonnance sur les eaux et forêts de Colbert en 1669, le garde particulier fut consacré par le décret du 20 messidor an III et le Code des délits et des peines de 1795, poursuivant son activité jusqu'à nos jours dans le cadre des dispositions de l'article 29 du Code de procédure pénale. Pourtant, les gardes particuliers restent méconnus, une situation regrettable au regard de leur effectif significatif – la France en comptant près de 60 000 –et de l'étendue de leurs attributions. Commissionnés par un propriétaire, agréés par l'administration et prêtant serment devant le tribunal d'instance, les gardes particuliers peuvent constater des infractions et dresser des procès-verbaux. Loin d'être limités aux seuls espaces ruraux, ces gardes surveillent désormais copropriétés, biens publics, entreprises et s'insèrent dans le maillage territorial de la sécurité.


dimanche 7 février 2021

jeudi 4 février 2021

Creully sur Seulles - 1985 - Une petite voleuse nommée Charlotte à Creully

 En 1985, Claude Miller fit le siège de Creully pour tourner des scènes de "la petite voleuse" avec Charlotte Gainsbourg; une adaptation d’un scénario de François Truffaut.











lundi 1 février 2021

Creully sur Seulles - Une spécialité agricole et culinaire Creulloise....... La "Pé de terre de Creully"

A lire la presse de ces jours derniers, la pomme de terre se porte bien à la coopérative agricole de Creully. C'est l'occasion de parler de cette patate creulloise de 1800.
La  spécialité des années 1800 de Creully  était un tubercule appelé à nos jours: pomme de terre.


La pomme de terre a d’abord été apportée des régions équatoriales, et de la chaîne des Andes de l’Amérique méridionale, peu après la conquête du Pérou par les Espagnols. Ces derniers l’ont propagée en Italie et dans leurs possessions d’Europe, avant les Anglais et vers le milieu du seizième siècle. Cette plante s’est aussi répandue dans l’Allemagne dès le temps de la domination de Charles-Quint; elle parait même avoir été introduite en Irlande par l’Espagne, et enfin, si elle a aussi été transportée de la Virginie en Angleterre, puis, de là, dans le nord de la France et de l’Europe, elle n’a dû être cultivée que plus tard dans ces dernières contrées.

Au milieu du XVIIIe siècle, Parmentier fait adopter en France la culture de la pomme de terre, et ouvre ainsi une ère nouvelle à l’agriculture.
Grâce à ces efforts noblement encouragés par Louis XVI, qui daigna accepter de

Parmentier un bouquet composé des fleurs de la pomme de terre, tout le monde fut bientôt convaincu des avantages de cette culture. Les résultats obtenus par ce savant agronome furent si universellement accueillis, que François de Neufchâteau, ministre de l’intérieur en 1797, proposa de substituer au nom de cette solanée, celui de parmentière.
Elle sappellait en normand Crompire, dun mot allemand qui signifie poire de terre (Grundbirn).
Dans un petit village du Nord-Ouest de Caen, à Creully on cultive une pomme de terre  appelée  par les habitants la « Pé de terre de Creully »  (Histoire et glossaire du Normand - 1862).
A cette époque, la pomme de terre est très généralement cultivée pour la nourriture des hommes et des bestiaux.
Elle demande une terre légère ou ameublie par des labours, et bien fumée.
Un hectare de terre favorable à la culture de cette plante produit de deux cent quarante à quatre cents hectolitres de tubercules.
On plante et on les récolte avec la charrue.
Beaucoup de cultivateurs récoltent plus de pommes de terre qu’il ne leur est nécessaire d’en récolter pour leur usage. La vente se fait avec facilité, parce qu’on en embarque beaucoup au quai de Caen.

Faisons connaissance avec cette "Pé de terre de Creully" .
Elle était, parait-il, une sorte de  patraque jaune.
Très amylacée et très productive ; employée pour les fabriques de fécule. Tubercules gros, irréguliers, yeux enfoncés dans des cavités profondes.



jeudi 28 janvier 2021

Creully sur Seulles - Les joueurs de foot de Creully en 1937.

Peut-être allez-vous retrouver les noms des joueurs manquants.


lundi 25 janvier 2021

Creully sur Seulles - Le château de Creully est-il le départ d'un souterrain vers Reviers puis la mer?

Creully et son imposant château dont les remparts, encore en très bon état, tiennent dans leur enceinte des jardins, des cours et des bâti­ments; une ville forte assise sur un roc abrupt du côté de l'Ouest, au pied duquel poussent droit de grands arbres baignant leurs pieds dans une eau sombre.    

Et de là, quelle admirable vue sur tout le pays d'alentour!
Du haut de la plate-forme du don­jon, dans la petite tour de la vigie, comme on a le sen­timent de la puis­sance et de la domi­nation et aussi de la protection que cette forteresse en nid d'aigle devait assurer aux habi­tants de la plaine! On se figure la sen­tinelle, l'œil collé aux meurtrières, découvrant au loin sur une route, à l'orée d'un bois, quelque groupe suspect, le signalant au capitaine des gardes et des cavaliers, un instant après, sortant du château sur les solides percherons capables de subir le double poids de l'homme et de l'ar­mure. Je sais qu'il y a les souterrains, les cachots sinistres et,  depuis longtemps comblées, les oubliettes témoins d'affreuses et longues agonies; là-haut, dans la salle des fêtes, on vidait les coupes, on chantait, on s'aimait; en bas, dans les ténèbres et la fange, les prison­niers se mouraient.

On dit que, du château de Creully, un sou­terrain, celui à l'entrée duquel on montre les cachots, rejoignait le château de Reviers qui, à son tour, communiquait avec la plage: ap­provisionnement, entente en cas de guerre, plus tard contre­bande peut-être. On y marchait lente­ment à la lueur des torches, armé, chargé de lourds fardeaux, sous une voûte humide. 
Le château de Reviers


 
 


mardi 19 janvier 2021

Creully sur Seulles - La chimère du château de Creully

Un premier pont-levis, placé à l'endroit où se trouve aujourd'hui un pont en pierre auprès des écuries, arrêtait tout étranger. Le mur, sur lequel s'appuie le bâtiment des communs actuels, formait autrefois le soubassement d'une poterne disparue, dont on voit encore la base dans le creux du fossé. Dans la paroi subsistante, couronnée d'une balustrade ajourée, on remarque des colonnettes romanes et la rainure dans laquelle glissait la herse.
«Une première porte d'entrée au bord de la place (à l'endroit qu'occupé la grille actuelle) était, dit Bissière dans ses recherches sur les antiquités normandes, accompagnée de deux bastions terminés en dôme et offrait à la vue plusieurs figures en relief d'hommes et d'animaux qui étaient dessus.»
C'est de l'un de ces bastions que provient une sorte de chimère déposée sur le mur des communs (écuries).

(d'après E.Vrac)

Gamins, nous l'appelions "le lion".

Sur une ancienne gravure, elle était placée sur l"autre mur perpendiculaire.

Belle dame devant la chimère.

samedi 16 janvier 2021

Creully sur Seulles - Fouilles dans la cour des écuries du château de Creully

L'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrapexécute des fouilles dans la cour des écuriés du château de Creully en prévision de travaux futurs projetés par la municipalité.


Le lieu des fouilles

Dessin  de Gérard Michel

Antoine III, baron de Creully, épousa en 1602 Sylvie de Rohan, veuve de François d'Epiney? fille de Louis de Rohan, prince de Guéménée, duc de Montbazon. pair de France, et paraît avoir été surtout chargé de missions diplomatiques.

Retiré de la cour où il était conseiller du Roi,  il vint fixer sa résidence à Creully, dont il s'attacha à embellir le bourg et le château. Il dota le village de halles voûtées. C'est lui qui fit construire les écuries actuelles, à la voûte desquelles on remarque un pendentif chargé d'un écusson aux armes des Sillans et des Rohan. 



lundi 11 janvier 2021

1683 - Le médecin de Creully et l'enfant à 2 têtes de Lantheuil.

Une rue de Lantheuil
En 1683, un médecin de Creully fut appelé à Lantheuil, localité proche, pour constater une naissance suivie d'un décès d'une fille.

La sagefemme qui accoucha la pauvre mère de Lantheuil écrivit un rapport sur cette naissance.
En voici le texte après avoir effacé les noms de famille.
Source AD14
Acte de naissance

L'église de Lantheuil


vendredi 8 janvier 2021

Creully sur Seulles - Un médecin herboriste de Creully: Romain Monin

Monin Romain - Oeuvre de Charles Boileux

Romain Monin est né à Creully (Calvados) en mars 1783. Son père, premier magistrat de la localité a été assassiné par les Chouans.Il exerça la médecine avec succès à Saint-Pétersbourg ; il quitta cette ville à la fin de 1829, et vint se fixer à Blois. Son goût pour la botanique l'amena à entrer en relation avec les botanistes du pays et plus particulièrement avec l'abbé Lefrou, auquel il avait été recommandé par Aucher-Eloi qu'il avait connu peu de temps avant son départ de Saint-Pétersbourg.
Acte de naissance

Le docteur Monin ne fit guère de médecine à Blois qu'en faveur des pauvres, et presque tout son temps se trouva ainsi absorbé par son œuvre de dévouement. Il consacra les rares loisirs qui lui étaient faits à explorer les environs immédiats de Blois et sut y découvrir un bon nombre d'espèces intéressantes ; il servit souvent de guide aux botanistes de passage à Blois, qui trouvaient toujours auprès de lui l'accueil le plus bienveillant.

Vers 1852, le docteur Monin perdit complètement la vue, rien ne pouvait lui être plus 
sensible ; la botanique était devenue pour lui une véritable passion ; il avait commencé depuis plusieurs années une flore bryologique des environs de Blois, et tout d'un coup il se voyait contraint d'abandonner ses chers travaux. C'est alors qu'il trouva dans madame Monin, la compagne, dévouée de sa vie, un aide et un collaborateur ; elle apprit à connaître les plantes, pour être à même d'en causer avec son mari et le tenir, autant que possible, au courant du mouvement scientifique de l'époque. C'est avec son concours que le docteur Monin put mettre dans un ordre excellent le bel herbier de France et celui de Loir-et-Cher, qu'il destinait depuis longtemps au Musée de la ville de Blois, en même temps qu'il rédigea un catalogue des plantes des environs de Blois et même une florule bryologique locale, avec les figures des genres ; ces deux manuscrits ont été donnés au Musée de Blois en même temps que l'herbier et un certain nombre de volumes précieux, parmi lesquels il faut citer plusieurs des grands ouvrages à planches, de Jacquin et de Pallas.

Le docteur Monin est mort à Blois, le 26 juillet 1860, laissant de grands souvenirs de désintéressement et de dévouement dans la ville où il était venu se fixer.

Durant son séjour à Saint-Pétersbourg, il s'était lié avec les botanistes russes les plus en renom, et il reçut d'eux un grand nombre de plantes très peu répandues à cette époque dans les herbiers. C'est ainsi que de Prescott lui donna des plantes de l'Altaï ; Fischer une grande quantité de plantes de Sibérie ; Turczaninoff lui fit parvenir à Blois presque tous les types du Flora Baicalensi-Dahurica.

 Plus tard, le docteur Monin, qui s'efforçait avant tout de constituer un herbier de France aussi complet que possible, échangea presque toutes les plantes qu'il avait récoltées lui-même en Russie et celles qu'il avait reçues de Sibérie. La plus grande partie alla enrichir le grand herbier de M. Lenormand qui, de son côté, lui donna plus de 2 000 plantes de France. Parmi les plantes les plus intéressantes, découvertes par le docteur Monin, en Loir-et-Cher, il faut citer : Draba muralis, aux Ponts Chartrains ; Hypericum montanum, au bois de Briou ; Trifolium maritimum, à Saint-Lubin : Myosotis sylvalica, à Onzain ; Chaiturus marrubiastrum, à Saint-Laurent-des-Eaux : Euphorbia Gerardiana, au Tertre-Blanc ; Tragus racemosus, à Veuves ; Crypsis alopecuroides, dans les sables de la Loire, etc., etc.
Acte de naissance



 




mardi 5 janvier 2021

Creully sur Seulles - Découverte aux Archives Départementales... regards sur nos monuments vers 1902.

Allez aux  Archives Départementales du Calvados est toujours pour moi l'occasion de découvertes imprévues lors de mes recherches pour mon blog "creully.net". 

Lors d'une de mes dernières visites j'ai trouvé des photographies  de Creully (Creullet), Saint-Gabriel-Brécy et Secqueville en Bessin. Photos de Marie Brault datant de 1902 - 1904.

La page de l'album.
Le portail du château de Brécy
Le prieuré de Saint-Gabriel 
Entrée du prieuré de Saint-Gabriel.
Détail du parc du château de Creullet à Creully.
Eglise de Secqueville en Bessin